Accueil
Service de parage
Pension
Le pied nu
Les ânes et mules
Méfaits du ferrage
Le parage naturel
Houria
Boots d'occasion
Liens / Bibliographie
Témoignages
FAQ
Téléchargements
Gîte roulotte
Contact

Les méfaits du ferrage

Quelles sont les conséquences négatives du ferrage ?

  1. Un resserrement et une déformation progressive du pied. Cela provoque de la douleur, une modification des allures, des problèmes musculaires, articulaires, des ossifications. La troisième phalange et les cartilages ungulaires latéraux se déforment. Le chorion (qui forme la corne) est endommagé, ce qui favorise la rotation de la troisième phalange et la fourbure, ainsi que la pourriture de la fourchette, la podotrochléite due aux contusions des structures internes du pied et la détérioration de la ligne blanche.
  2. La paroi est abîmée par les clous. Elle se dessèche et perd de son élasticité. L’isolation du sabot n’est plus étanche. Le métabolisme interne du pied diminue à cause d’une baisse de la température, surtout lorsqu’il fait froid, ce qui porte atteinte à la production de la corne et au soutien de la troisième phalange.
  3. La circulation sanguine se fait moins bien dans le pied avec toutes les conséquences négatives susnommées, outre un surmenage du cœur puisque les pieds ne peuvent plus assurer leur fonction de pompe, on voit apparaître les ‘poteaux’ qui vont avec.
  4. Des troubles du métabolisme par déséquilibre des protéines et par voie de conséquence des troubles cutanés, hépatiques et rénaux.
  5. Les vibrations causées par les fers abîment le podophylle, et provoquent des lésions comparables au syndrome de Raynaud chez les personnes qui travaillent avec des marteaux piqueurs.
  6. Le fer change la façon dont le poids est porté et modifie la bascule du pied, entraînant ainsi des problèmes musculaires et tendineux.
  7. Il provoque des surcharges anormales dans le sabot, entraînant des fissures, des seimes, et un décollement de la paroi.
  8. Les chocs sont moins bien amortis.
  9. La sensibilité du pied est diminuée, le cheval trébuchera plus facilement, ce qui augmente les risques pour monture et cavalier.
  10. Le poids du fer accroît la force centrifuge pendant le mouvement, ce qui surcharge les ligaments. Il représente également un risque de blessure plus élevé pour les personnes et les animaux.
  11. La traction est modifiée ; le cheval ne peut plus se déplacer en toute sécurité. La résistance dans un mouvement tournant est plus grande donc plus lourde pour les articulations et les tendons.
  12. Chez les jeunes chevaux le fer gêne la croissance de la troisième phalange.
  13. Il provoque une modification de la conformation car le cheval essaie de soulager les zones douloureuses du pied. Le sabot pousse de travers, les aplombs changent.
  14. Il abîme le sol.
  15. Il entraîne des frais d’entretien plus élevés, de nombreuses maladies et frais vétérinaires. Le cheval doit être remplacé plus rapidement.
  16. Il rend impossible le dépistage précoce du dépassement des limites biologiques d’un cheval.
  17. La perte accidentelle d'un fer rend le cheval inutilisable jusqu'à son remplacement (du fer). C'est alors la 'course au maréchal-ferrant'...

Pour en savoir plus en images :
sabotsnus.free.fr
rubrique "Effets nuisibles de la ferrure"

Haut de page

Il a tout de même quelques ‘avantages’ :

  1. La possibilité d’utiliser le cheval sur n’importe quel terrain, à n’importe quel moment, sans avoir à accorder beaucoup d’attention à ses conditions de vie ou à ses pieds, aux dépens de la santé et de la longévité du cheval.
  2. La possibilité de dépasser temporairement les limites biologiques du cheval, également aux dépens de sa santé et de sa longévité.
  3. La possibilité d’utiliser plus longtemps un cheval boiteux, alors que les dégâts ne font que croître.

Haut de page

« Mais mon cheval ne peut pas marcher sans fers ! »

Ce n’est pas une raison pour ferrer un cheval, bien au contraire. C’est la preuve que ses sabots sont en tellement mauvais état et que ses conditions de vie sont si artificielles qu’il ne peut plus se passer de l’intervention humaine.

Qu’un cheval non ferré, vivant dans des conditions qui satisfont à ses besoins, est capable de performances importantes a été prouvé au long des siècles par tous ces chevaux au service des hommes.

Aujourd'hui des chevaux non ferrés, de loisirs, utilisés professionnellement ou concourrant dans toutes les disciplines, y compris l'endurance de haut niveau, prouvent tous les jours que c'est possible. Ces chevaux sont bien dans leurs pieds et dans leur tête, en pleine santé.

 

Ecrit avec l'aide de Monique Moons et de Catherine Taks